Démission de mes mandats politiques

Démission de mes mandats politiques

En revoyant mes priorités ces dernières semaines, venant d’avoir 29 ans, avec mon mariage à préparer et ma carrière professionnelle à préserver et renforcer, je fais le choix de quitter ma vie publique.

Mon engagement politique a débuté fin 2012 avec la création du parti centriste de Jean-Louis Borloo : l’Union des Démocrates et Indépendants, l’UDI. Engagé dans la fédération du Nord au côté de notre Présidente Valérie Létard, je deviens représentant départemental des jeunes puis membre de notre bureau politique en 2013. L’année suivante, c’est dans ma ville que je souhaite m’engager en soutenant le candidat Patrice Vergriete, actuel Maire de Dunkerque. Je deviens le 30 mars 2014 conseiller municipal délégué aux nouvelles filières économiques d’avenir. Au début de l’année 2015, c’est pour le département du Nord que je fais campagne en devenant le remplaçant de Paul Christophe, élu conseiller départemental le 29 mars, en binôme avec Martine Arlabosse. En fin d’année, c’est sur la liste de Xavier Bertrand pour la future région Hauts-de-France que je me présente : je deviens conseiller régional le 13 décembre 2015. J’ai conscience que cela m’arrive très rapidement et je souhaite m’y engager pleinement, en restant proche des Dunkerquois, qui m’ont élu. De nouvelles responsabilités m’ont été confiées depuis, dont une délégation au numérique à la ville, une délégation à la vie étudiante à la région auprès de Nicolas Lebas, un mandat au bureau national des jeunes de l’UDI, une campagne législative ou dernièrement la trésorerie de l’UDI du Nord. Peu de jeunes ont eu la chance de rencontrer des élus donnant une place aussi importante à la jeunesse. Cette confiance, je ne crois jamais l’avoir trahie depuis 2012, toujours présent et disponible pour tous, peu importe leur statut.

En parallèle de ces fonctions, j’ai également développé un riche parcours professionnel. Le même mois que l’élection municipale en mars 2014, je venais d’achever mon Master 2 en droit des affaires et finance sur Lille, avant de rejoindre le Luxembourg pour un stage de six mois dans le conseil fiscal international, décroché de nombreux mois auparavant. Celui-ci achevé, après être rentré les week-ends sur Dunkerque, je refusa l’offre qui m’était faite de rester pour me donner les moyens d’exercer mon mandat et donc de m’installer à Dunkerque pour rejoindre un autre cabinet, en octobre 2014, dans l’audit financier. Si je ne pouvais consacrer que mes soirs, week-ends et jours de congé pour satisfaire mon mandat municipal, cela ne pouvait suffire pour exercer convenablement celui de conseiller régional : j’ai alors dû réduire mon temps de travail professionnel, ce qui était possible grâce à l’indemnité d’élu se substituant à ma baisse de salaire.

Avec mes responsabilités dans la vie publique et l’intensification de mon activité professionnelle, que je n’ai jamais délaissée, m’investir pleinement dans ma vie personnelle devenait impossible. En revoyant mes priorités ces dernières semaines, venant d’avoir 29 ans, avec mon mariage à préparer et ma carrière professionnelle à préserver et renforcer, je fais le choix de quitter ma vie publique. En février, je quitterai l’ensemble de mes mandats à la ville, la région et mon parti pour rejoindre la région parisienne et ma fiancée et, ainsi, tourner une des plus belles pages de ma vie afin de débuter une nouvelle activité professionnelle.

Ces années ont été incroyablement enrichissantes mais surtout, j’ai le sentiment d’avoir été utile dans mes fonctions. Mes interlocuteurs étaient très nombreux, de tout milieu et de tout âge, pour me partager une difficulté, me soumettre une idée, me rencontrer ou encore m’assister. Mais l’étudiant-élu de 24 ans qui avait tout à découvrir n’est plus le « politique » d’aujourd’hui ; on ne s’imagine pas l’envers du décor, comme dans toutes les activités d’ailleurs. Cet envers du décor, quand on sort des actions de communication, de l’hémicycle filmé et des événements publics, est parfois rude et frustrant. Le système politique français, les administrations, le statut de l’élu, les partis ou encore nos mentalités manquent, à mon sens, de souplesse et de modernité mais je conserve ma passion pour l’intérêt public. Mes engagements futurs seront simplement différents.

Je remercie très sincèrement tous ceux que j’ai eu la chance de rencontrer : les habitants, les associations, les étudiants, les entreprise, les fonctionnaires, les collaborateurs, les élus, la presse, les représentants de l’Etat, … ceux qui m’ont apporté leur confiance pour me prendre dans leur liste et plus encore, pour m’avoir permis de travailler sur de nombreux dossiers. Je ne manquerai pas de clôturer les derniers dans les jours à venir et de réaliser les passations nécessaires. C’est aussi cela, être un responsable politique. Savoir s’arrêter si l’on est plus capable d’assurer ses fonctions et assurer la suite.

Le regard du citoyen sur l’élu est parfois lourd à porter, nourri par une présomption de culpabilité irraisonnée, de jalousie mal placée, d’incompréhension parfois justifiée mais trop souvent mal alimentée. L’incompréhension mène à la peur, la peur mène à la colère, la colère mène à la haine et la haine mène à la souffrance. Parfois, un citoyen devient élu pour de l’argent, pour une reconnaissance sociale, pour ne pas travailler, pour échapper à l’ennui, par complexe d’infériorité, pour la compétition … mais ce n’est pas, à mon sens, représentatif de la classe politique. Ce ne fut jamais mon cas. Parfois on ne verra pas un élu dans hémicycle, sans se demander s’il ne fait pas quelque chose de réellement utile au même moment. Parfois on ne verra pas un élu à un événement public, sans se demander s’il a été invité par les organisateurs. Parfois on verra un élu fatigué, sans se demander s’il dispose de ses soirs ou week-ends pour se reposer. Parfois on voit un jeune s’engager en politique, sans imaginer qu’il ne souhaite pas en faire son métier.

Je me suis engagé dans la vie publique pour améliorer la vie des Dunkerquois tout en étant exemplaire. En quittant Dunkerque dans quelques jours, je ne pourrai plus réaliser mes missions et la fonction d’élu ne s’exerce pas à distance. De ce constat, je ne souhaite pas attendre la fin de mes mandats, en restant indemnisé, pour simplement ne pas me représenter, quand bien même la pratique existe. Depuis la région parisienne, je resterai toujours Dunkerquois et je reviendrai dans ma ville, pour ma famille, mes amis et bien entendu me marier.

Publicités

Intervention – Budget vie étudiante

Séance plénière des 13 et 14 décembre 2018

Présentation du budget « vie étudiante » de la région Hauts-de-France

Intervention de Benjamin Prince, conseiller régional délégué à la vie étudiante (à partir de 5min22).

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

Je remercie Monsieur le Vice-président en charge de l’enseignement supérieur de me permettre de vous présenter le budget consacré à la vie étudiante.

C’est une compétence importante car en tant que quatrième région étudiante de France, avec plus de 210.000 étudiants répartis sur près de 160 sites d’enseignement, les Hauts-de-France prennent pleinement leur part dans le développement de la vie des étudiants.

Si vous êtes étudiant, pensez à la région, car elle pense à vous !

Concrètement, nous vous accompagnons sur :

  • Le soutien aux initiatives étudiantes, où nous finançons sous condition des associations, véritables laboratoires de la vie citoyenne et du développement de compétences, avec depuis quelques mois un dispositif spécial d’accompagnement des épiceries solidaires.
  • Ensuite, avec les contrats étudiants où la région vous permet de travailler dans votre établissement, en accord avec vos obligations d’études, pour décrocher une première expérience professionnelle. « La région au travail » ; ce n’est pas qu’un slogan !

Ces dispositifs représentent un budget de 1,15 M€.

  • La formation et l’orientation tout au long des études sont déterminantes dans le parcours de l’étudiant, c’est pourquoi nous sommes présents avec le Programme Régional de Réussite en Etudes Longues pour un budget de 1,5 M€.
  • Nous le savons, les Hauts-de-France sont au cœur de l’Europe ! Avec la bourse Mermoz, passant pour 2019 à 5 M€, compatible avec Erasmus, la mobilité internationale est facilitée.
  • Enfin, la région continue d’investir dans la qualité de vie générale des étudiants avec un budget programmé de 1,84 M€.

Pour conclure, avec plus de 9% d’augmentation pour un budget total de 9,49 M€ en 2019, la région tient sa place de partenaire de la vie étudiante, sans oublier qu’en dehors de ces dispositifs, les jeunes bénéficient également de la carte génération HDF, du Pass’étude pour les transports ou encore de l’aide au permis de conduire.

Je vous remercie.

 

Intervention – implantation industrielle dans le dunkerquois

Séance plénière du 18 octobre 2018

Délibération « Aide à l’implantation – SNF SAS » pour pour saluer l’engagement des collectivités auprès des entreprises à l’occasion de l’implantation industrielle de SNF Floerger dans le dunkerquois.

Intervention de Benjamin PRINCE au nom du groupe UDI-UC

 

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

Voilà bientôt trois ans que nous avons été élus et que nous menons la bataille pour l’emploi.

Notre majorité accompagne la création de nouvelles entreprises, la reconversion ou la modernisation de sociétés mais aide également à la reprise d’activités. Le soutien au développement économique est une compétence majeure de notre Région. Nous innovons constamment et utilisons tous les moyens légaux à notre disposition pour intervenir dans les milieux économiques.

Avec cette délibération,

  • Une nouvelle fois, la région accompagne les besoins des entreprises,
  • Une nouvelle fois, la région va permettre à des citoyens d’accéder au travail,
  • Une nouvelle fois, la région porte sa confiance dans l’industrie,
  • Une nouvelle fois, la région est un partenaire infaillible du Dunkerquois.

En effet, après de trop longues années sans implantation industrielle, en dehors d’un terminal méthanier, le Dunkerquois retrouve le chemin du dynamisme économique et je suis fier de faire partie d’une région qui soutient ses territoires, en collaboration avec les collectivités comme la Communauté Urbaine de Dunkerque.

Depuis 2014, grâce à son dynamisme retrouvé, le territoire a accueilli ALIPHOS, ECOCEM, INDAVER, DMT et maintenant SNF, leader mondial de la chimie de l’eau, qui impliquera plus de cent emplois directs. Ce sont donc plusieurs dizaines de famille qui vont voir leur quotidien changer et une image toujours plus attractive pour le Dunkerquois et notre région.

Vous comprendrez donc que le groupe centriste, attaché à l’attractivité des territoires, passant notamment par des formations reconnues, des pôles de compétitivité, ou encore des entreprises de pointe, soutiendra cette délibération, comme toutes les autres que l’exécutif proposera pour faciliter l’accès à l’emploi pour nos concitoyens et à l’investissement pour les entreprises.

Commission numérique de Dunkerque en Mouvement

Les membres de la commission numérique de Dunkerque en Mouvement viennent de se réunir pour la dernière fois avant les vacances d’été ce lundi à Dunkerque.

L’occasion pour moi de remercier les bénévoles pour leur engagement au service de la ville de Dunkerque et de son Maire, Patrice Vergriete.

Actualité municipale, devoirs de vacances et projets de rentrée : une bonne réunion !

Merci à eux.

dkm.jpg

Intervention : implantation d’un EPR

Séance plénière du 28 juin 2018

Délibération « Transition énergétique – mix énergétique » pour soutenir la candidature de la région Hauts-de-France auprès d’EDF pour accueillir dans une dunkerquois un EPR.

Intervention de Benjamin PRINCE au nom du groupe UDI-UC

 

Monsieur le Président, 

Mes chers collègues, 

Je vais compléter les propos de ma collègue concernant le deuxième volet de la délibération : la candidature de la région Hauts-de-France auprès d’EDF pour accueillir dans le dunkerquois un EPR.

Dunkerquois, je vis depuis mon enfance à proximité de la centrale nucléaire de Gravelines, la plus puissante d’Europe de l’Ouest, et c’est une fierté. Depuis mon mandat à la ville de Dunkerque et le début de mon activité professionnelle au cœur des entreprises, je mesure l’impact d’un tel équipement sur notre territoire. 

Sur le contexte nationale, rappelons qu’EDF a un objectif de neutralité carbone avec un équilibre entre les énergies renouvelables et le nucléaire. Pour y arriver, tout en arrêtant les réacteurs d’une soixantaine d’années, EDF prévoit la construction de 6 à 8 EPR, déployés en duo sur notre territoire nationale avec une mise en route du premier à l’horizon 2030. Un EPR, c’est 10 ans de construction et bien plus d’exploitation : voyez le potentiel pour notre région !

Sur le plan local, je vous affirme qu’EDF a déjà fait ses preuves en matière de dynamisation de l’économie locale avec pour l’exemple, le chantier actuel du grand carénage de la centrale de Gravelines. Cette opération qui permettra l’exploitation de la centrale jusqu’à ses 60 ans génère près de 12.000 emplois directs, indirects et indus dans les Hauts-de-France avec près d’un milliard d’euros injectés dans les PME locales. Alors imaginez la construction d’un EPR !

Elu local, je vous affirme que le territoire est bien outillé pour répondre à EDF. Le chantier serait accueilli par une filière nucléaire déjà existante, structurée notamment par le partenariat efficace entre EDF, la CCI et notre région, autour de NUCLEI. Cette structure a pour fonction l’accompagnement des entreprises, de leur montée en compétence et de la mise en relation permettant aux entreprises régionales d’accéder au marché du nucléaire. 

Monsieur le Président, mes chers Collègues, la décision d’implantation sera prise au niveau national par EDF en 2020 mais c’est au début de l’année 2019 que nous devons être sélectionnés et je vous l’affirme : nous sommes prêt et vous connaissez la capacité de notre territoire à nous unir autour de grands projets. Aujourd’hui, ce sera pour accueillir les premiers EPR français. 

Le groupe centriste votera cette délibération.

Je vous remercie.

Informations complémentaires :

Nouvelle délégation à la vie étudiante

J’ai reçu, à l’occasion de la Séance Plénière du 1er février 2018, la délégation « Vie Étudiante » par Xavier Bertrand, Président de la région des Hauts-de-France.

Auprès de Nicolas Lebas, Quatrième Vice-président à l’enseignement supérieur, la recherche et à l’Europe, je serai amené à contribuer à « l’élaboration de propositions, de rapports, de documents permettant au conseil de développer sa politique en matière de vie étudiante », selon les termes de l’arrêté du Président.

Je les remercie sincèrement, ainsi que Valérie Létard, Présidente du groupe centriste de la région, pour leur confiance.

Place maintenant à l’action !

J’ai besoin de toutes les idées, toutes les initiatives, toutes vos propositions pour nourrir la délégation au service des étudiants de notre belle région. Associations, collectivités, universités, écoles, lycées, entreprises, particuliers, … tout le monde a sa place dans la réflexion : je ne demande qu’à vous rencontrer !

Afin de commencer le travail, j’avais déjà eu l’occasion d’inaugurer pour région Hauts-de-France les salons de l’Étudiant de Dunkerque en décembre puis de Lille en janvier. L’occasion de renouer le contact avec un milieu que je n’ai que récemment quitté, il y a trois ans, après plusieurs années d’études en faculté à Lille. Je compte m’appuyer sur mes multiples engagements associatifs et mon engagement dans la vie étudiante pour exercer au mieux cette délégation.

BP CR.jpg

Communiqué de presse du groupe UDI-UC du 5 février 2018 :

Le Groupe UDI-Union Centriste du Conseil Régional Hauts-de-France, présidé par Valérie Létard, se félicite de la nomination de Benjamin Prince à la fonction de Conseiller Régional Délégué à la vie étudiante en lien avec Nicolas Lebas, Vice-président en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’Europe et de la planification territoriale.
Benjamin Prince, 28 ans, conseiller municipal de Dunkerque délégué au numérique, a été élu le 13 décembre 2015 conseiller régional sur la liste LR-UDI-MoDem-CPNT-NI conduite par Xavier Bertrand et siège au sein du groupe UDI-Union Centriste.
Il aura pour mission l’élaboration de propositions, rapports, de documents permettant au Conseil Régional Hauts-de-France et aux instances délibérantes de décider des orientations dans le domaine de la vie étudiante, de participer aux travaux des commissions qui relèvent de ses attributions et de rapporter devant les instances délibérantes de l’Assemblée Régionale les décisions, délibérations et projets.
Pour Valérie Létard, Présidente du Groupe UDI-Union Centriste, « cette nomination est une marque de confiance pour un jeune élu qui saura apporter son expertise, son regard et son dynamisme à un pan important de la politique régionale ». Pour Nicolas Lebas, Vice Président du Conseil Régional, « nous travaillerons avec Benjamin Prince sur des solutions et nouveaux outils pour la réussite des jeunes de notre Région. C’est un thème central, Xavier Bertrand a d’ailleurs rappelé en séance plénière du 1er février notre souhait de faire de la jeunesse une priorité régionale ».

Intervention en séance sur la liberté tarifaire SNCF

Séance plénière 14/15 décembre 2017

Délibération relative à l’activation de la liberté tarifaire

 Intervention Groupe UDI-UC – Benjamin PRINCE

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs les conseillers régionaux,

Chers collègues,

Le décret du 17 mars 2016 relatif à l’organisation du transport ferroviaire de voyageurs et portant diverses dispositions relatives à la gestion financière et comptable de SNCF Mobilités, a offert aux Régions la possibilité d’activer la liberté tarifaire. C’est-à-dire que notre Région peut désormais endosser la responsabilité, à la place de l’Etat, de fixer les abonnements TER travail, élèves, étudiants et apprentis et le prix des billets pour les clients occasionnels.

D’une part, cette liberté tarifaire va permettre de simplifier et clarifier les tarifs des TER qui, aujourd’hui, souffrent d’une grande complexité en présentant plus de 1400 tarifications différentes.

D’autre part, elle va constituer un levier de pilotage intéressant pour notre Région puisque celle-ci pourra désormais maitriser les recettes des services de transports qu’elle finance. Il sera donc possible de mieux positionner et promouvoir les offres de mobilités pour attirer de nouveaux clients.

Cependant, notre groupe UDI-Union Centriste souhaite attirer votre attention sur deux points de vigilance en particulier.

Tout d’abord, l’activation de cette liberté tarifaire ne doit pas remettre en cause l’égalité territoriale qui était jusqu’ici préservée par la référence à la tarification au kilomètre. C’est une des conditions sine qua non de notre réussite collective.

Ensuite, si la politique tarifaire est un élément essentiel de la mobilité de nos concitoyens, il est important de garder à l’esprit que d’autres leviers sont également fondamentaux. Je pense notamment à la régularité, à la sécurité et au confort dans nos TER.

Nous insistons effectivement pour que la liberté tarifaire n’ait pas, prochainement, pour conséquence, une augmentation des tarifs actuels. Pour autant, l’attractivité d’une offre ne se mesure pas uniquement à son tarif mais aussi à la qualité de service. C’est pourquoi notre groupe UDI-Union Centriste a déposé une motion pour « Un service de qualité pour les usagers des Hauts-de-France des Trains Express Régionaux ». Nous attendons des négociations justes et exigeantes pour la nouvelle convention avec la SNCF.

Notre groupe votera cette délibération. Je vous remercie.

 

La vidéo de l’intervention est à retrouver ici

Semaine 92 – 2 octobre 2017

Semaine du 2 au 8 octobre

Mercredi : Conseil d’administration du camping de Dunkerque // Réunion public de Patrice Vergriete au quartier des Glaçis, Dunkerque

Vendredi : Foire aux huitres organisée par la Bouée Bleue, Dunkerque

Dimanche : Loto du Comité Glacis-Victoire, Dunkerque

pv glacis

Promesse de campagne : rendre compte aux habitants de chaque quartier de Dunkerque de l’action municipale et des projets à venir